A la tête du ministère des Affaires religieuses, Abdeljalil Ben Salem, vient donc d'être remercié par le chef du gouvernement pour des propos sur le «wahhabisme saoudien». Il s'agit du premier limogeage depuis l'entrée en fonction du gouvernement d'union nationale fin août.

Abdeljalil Ben Salem se targuait de parler « avec audace ». Devant les députés de la Commission des droits et des libertés, l'ancien ministre des Affaires religieuses assure avoir interpelé deux hauts responsables saoudiens sur le danger que représente, selon lui, le wahhabisme, la doctrine du royaume. « Réformez votre école, car le terrorisme historiquement vient de là », lance-t-il, avant d'ajouter : « Ce genre de pensée et cette école (…) ne peuvent qu'engendrer de l'extrémisme. »

Des déclarations rapidement reprises par les médias tunisiens. Le soir même, le ministre tente donc de calmer la polémique. Il assure alors que Tunis entretient une relation « pleinement harmonieuse » avec Riyad.

Mais cela ne suffira pas. Moins de 24 heures après ces propos, Youssef Chahed, le chef du gouvernement, annonce par communiqué avoir « relevé de ses fonctions » Abdejlalil Ben Salem pour « atteinte aux fondamentaux de la diplomatie ».

Le chef du gouvernement va devoir nommer rapidement un successeur à ce poste ministériel délicat, qui fait habituellement l'objet de nombreuses tractations entre les partis. En attendant, ce portefeuille des Affaires religieuses est confié, par intérim, au ministre de la Justice.

One thought on “Tunisie: le ministre des Affaires religieuses parle du wahhabisme, il est limogé (RFI)

  1. David Amin Marwan dit :

    Il n'y aura aucune victoire sur le terrorisme sans faire reculer le Wahabisme, c'est à dire faire face à l'Arabie Saoudite; ce qui ne sera pas possible tant qu'on dépendra du pétrole. Ca tombe bien: il faut apprendre à s'en passer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *