Par RFI
 
 
                                                   
L'initiative aux Nations unies d'une ONG israélienne contre l'occupation des Territoires palestiniens a suscité la colère du gouvernement israélien. B'Tselem a participé à une réunion du conseil de sécurité de l'ONU sur les colonies dans les Territoires palestiniens.


Entre Benyamin Netanyahu et l'ONG, l'épreuve de force est engagée.

Avec notre correspondant à Jérusalem,  Christian Brunel
 
 
L'ONG israélienne B'Tselem, en rendant compte de la répression dans les Territoires palestiniens, a brisé un tabou.
 
Son directeur, Hagai el-Ad, a témoigné lors d'une réunion organisée par le Conseil de sécurité de l'ONU et lancé un appel pressant à la communauté internationale pour qu'elle « agisse dès aujourd'hui contre l'occupation de la Palestine ».
 
Jamais, jusqu'à présent, ceux qui se présentent comme le « camp de la paix » avaient été aussi loin sur le front diplomatique.
 
Piqué au vif, Benyamin Netanyahu a dénoncé cette initiative qualifiée d'aberrante et anti-nationale.
 
Il a décidé de ne plus permettre aux jeunes Israéliens d'effectuer un service civil au sein de l'ONG au lieu de faire l'armée.
 
La menace n'a pas impressionné B'Tselem, bien décidé à poursuivre ses activités, notamment avec l'aide de volontaires palestiniens qui filment les opérations militaires en Cisjordanie.
 
Récemment, toutefois, l'organisation a annoncé qu'elle renonçait à porter plainte auprès des tribunaux militaires israéliens, faute d'obtenir des sanctions contre les auteurs de bavures.
 

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *